Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
Accueil > Tous les articles > Vitamine D et maladie d'Alzheimer

Vitamine D et maladie d'Alzheimer

Retour
236

Des données suggèrent que les personnes déficientes en vitamine D auraient un risque plus important de développer une maladie d’Alzheimer ou une autre forme de démence.

Des données suggèrent que les personnes déficientes en vitamine D auraient un risque plus important de développer une maladie d’Alzheimer ou une autre forme de démence.

Au cours de ces dernières années, les associations entre la vitamine D et la maladie d’Alzheimer ou les démences ont de plus en plus retenu l’attention. Les chercheurs ont d’abord constaté qu’il existe un lien entre la vitamine D et la façon dont le cerveau travaille.

Des récepteurs à la vitamine D ont été trouvés dans de nombreuses régions du cerveau. Cela veut dire que la vitamine D exerce une action dans le cerveau et qu’elle influence la façon dont une personne pense, apprend, agit.

Les personnes atteintes de maladie d’Alzheimer ont généralement de faibles niveaux sanguins de vitamine D. Cependant, la recherche n’a pas démontré de façon certaine que recevoir des apports suffisants en vitamine D peut prévenir la maladie d’Alzheimer et les autres formes de démence. La cause de cette baisse de vitamine D pourrait être simplement due au fait qu’une personne qui a des pertes de mémoire ou développe une démence pourrait passer moins de temps à l’extérieur et, par suite, étant moins exposée au soleil, synthétiser moins de vitamine D.

Une méta-analyse[1] conclut qu’une déficience en vitamine D pourrait être associée à un risque plus élevé de développer une maladie d’Alzheimer ou une autre forme de démence. Les chercheurs estiment cependant que cette association doit être confirmée par davantage d’études prospectives de cohortes. Cependant, ils terminent en disant que, compte tenu du fait qu’améliorer le statut en vitamine D est une intervention sûre et peu couteuse, les gériatres et les neurologues devraient considérer et évaluer les effets bénéfiques potentiels d’une supplémentation en vitamine D dans la prévention de la maladie d’Alzheimer et d’autres formes de démences.

[1] Liang S et al., Vitamin D deficiency is associated with increased risk of Alzheimer’s disease and dementia : evidence from meta-analysis. Nutr J 2015 Jul 27.

L'article vous a plu ? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Nature Sciences Santé ou abonnez-vous au magazine ! 





Article réalisé par Nature Sciences Santé
Voir plus d'articles

Contactez-nous